Saphir poire pierre précieuse

Le Saphir

Le saphir est une des pierres précieuses les plus appréciées en bijouterie. Il appartient à la famille des corindons, tout comme le rubis. De par sa dureté exceptionnelle et sa beauté, le saphir est utilisé depuis des siècles pour la joaillerie et l'ornementation. Lorsque l'on utilise le terme saphir seul, cela se réfère à un saphir bleu. Mais il existe beaucoup de couleurs dans les saphirs, et quand il s’agit d’une autre couleur que le bleu, on doit la mentionner après le mot saphir comme saphir jaune, saphir vert… seul le rouge n’existe pas car dans ce cas-là on parle de rubis.

Origines et Formation

Le saphir se forme sous des conditions de haute pression et de haute température, généralement dans des roches métamorphiques (roche existante qui, sous l’action de la chaleur et de la pression, subit une modification de sa structure et va donner d’autres roches/pierres. Ça se passe dans les profondeurs de la Terre) ou ignées (volcaniques). Il est composé d’oxyde d'aluminium (Al2O3) cristallisé qui est la base du corindon, la famille minérale à laquelle appartient le saphir. Le corindon pur est incolore. C’est la présence de titane et de fer à l’état de trace, dans le réseau cristallin, qui est responsable de la couleur bleue du saphir. Pour les autres couleurs, on retrouve généralement en plus de ces éléments, du magnésium pour le jaune, du vanadium pour le violet…

Les principaux gisements de saphirs se trouvent en Asie (Sri Lanka qui produit toutes les couleurs de saphir, Myanmar, Thaïlande), en Afrique (Madagascar, Tanzanie) et en Australie. Chaque région produit des saphirs avec des caractéristiques distinctes en termes de couleur et de clarté, influencées par la géologie locale. On trouve également des saphirs gemmes en France, dans le Massif central. La production est très faible et ne permet pas d’alimenter en masse le marché de la bijouterie. Mais vu l’engouement des Français pour ces pierres, on en trouve de plus en plus. Surtout que les gisements ne sont finalement pas si faibles que ça. Rien à voir non plus avec ce qu’on trouve dans les pays précédemment cités.

Propriétés Physiques et Optiques

Le saphir cristallise dans le système trigonal/rhomboédrique.

Le brut a généralement une structure allongée avec des faces hexagonales et peut avoir des terminaisons pyramidales à une ou aux deux extrémités.

Il a une dureté de 9 sur l'échelle de Mohs qui va jusqu’à 10, ce qui veut dire qu’il a une très grande résistance aux rayures. Seul le diamant est plus dur. Il ne peut donc être rayé que par le diamant ou un autre saphir. Cette propriété provient de la structure cristalline compacte du corindon, où chaque ion aluminium est entouré de six ions oxygène dans une configuration octaédrique.

Le saphir a une densité de 4, ce qui est assez élevé. À poids équivalent, il sera plus petit que la majorité des pierres que l’on peut rencontrer en bijouterie.

Sur le plan optique, le saphir présente un indice de réfraction allant de 1,760 à 1,770 et une biréfringence de 0,008 à 0,010. Ces propriétés influencent la façon dont la lumière se déplace à travers la pierre, contribuant à son éclat et à sa brillance.

Certains saphirs présentent des phénomènes optiques tels que l'astérisme (étoile) ou le chatoiement (œil de chat), causés par des inclusions microscopiques d'aiguilles de rutile. Le saphir doit être taillé en cabochon pour faire ressortir ces phénomènes.

Utilisation en Joaillerie

En joaillerie, le saphir est souvent taillé en formes ovales ou coussin pour maximiser son éclat et sa couleur. Les techniques de taille prennent en compte l'orientation des cristaux pour optimiser la réfraction et la réflexion de la lumière. Les saphirs étoilés, qui présentent un phénomène optique appelé astérisme, sont particulièrement prisés pour leur rareté et leur beauté unique.

Signification et Symbolisme

Le saphir est depuis longtemps associé à la royauté et au romantisme. Il symbolise la sagesse, la vertu et la bonne fortune. Dans l'histoire, les saphirs ont souvent été utilisés dans les couronnes et les ornements royaux. Aujourd'hui, il est également populaire dans les bagues de fiançailles, notamment depuis que la princesse Diana a reçu une bague en saphir lors de ses fiançailles avec le prince Charles.

 Entretien et Préservation

Pour préserver l'éclat des saphirs, il est recommandé de les nettoyer régulièrement avec de l'eau tiède et un savon doux. Ils doivent être stockés séparément des autres bijoux pour éviter les rayures sur les autres bijoux ou entre eux. Bien que le saphir soit très durable, il peut être endommagé par des chocs violents.

Traitements et Synthèses

Comme tout ce qui a de la valeur, différentes techniques ont été utilisées pour augmenter les profits et faire passer des saphirs de basses qualité en gemmes de qualité bijouterie ou tout simplement en créant des saphir synthétiques moins cher à produire.

Les traitements

Le seul traitement qui est accepté et qui ne dévalue pas le prix d’un saphir est la chauffe dite traditionnelle, jusqu’à 800-900°C. Cette pratique est réalisée depuis des siècles et est considérée comme « un prolongement de ce qui se passe sous terre ». Ça ne dénature pas la pierre et modifie peu voire pas les inclusions présentes dans le saphir. Parfois très dur à diagnostiquer avec les seuls outils de gemmologie quand la pierre est parfaitement propre. Les laboratoires peuvent le déceler. Un saphir non chauffé sera quand même plus cher qu’un saphir chauffé. Beaucoup de saphirs chauffés sont vendus comme non chauffés étant donné que ce n’est pas évident voire impossible à diagnostiquer sur les pierres très propres pour un gemmologue de terrain.

 

En dehors de ce traitement, voici les pièges que l’on peut être amené à croiser quand on veut acheter un saphir :

- Pierre d’imitation : Pierre ou imitation de pierre comme du verre de couleur bleue qui ressemble à un saphir. Un gemmologue le décèlera très facilement. Certaines jolies cyanites ont déjà été vendues pour des saphirs car elles peuvent avoir une couleur très proche.

- Traitement thermique à très haute température : On dénature la structure du saphir, les inclusions sont modifiées. Cela permet de transformer des pierres qui ne sont pas belles, translucides, en jolis saphirs de valeur supérieure. Ça ne vaut pas rien ! Mais leur valeur est quand même nettement inférieure à un saphir naturel ou ayant subi une chauffe traditionnelle.

- Traitement thermique à très haute température avec ajout d’additif : En plus de chauffer, on met le saphir en présence de titane ou de béryllium.

Pour le titane, ça se fait sur une pierre déjà taillée. Le titane va diffuser à la surface du saphir et le rendre bien bleu. La coloration n’est qu’en surface. Si on retaille la pierre, le bleu sera enlevé. La couleur est généralement assez sombre. On peut tremper le saphir dans le diiodométhane pour voir si un saphir a été diffusé, il perd sa couleur. Mais comme toujours les faussaires s’améliorent et on trouve maintenant des saphirs diffusés au titane assez durs à diagnostiquer sans l’aide d’un laboratoire.

Pour le béryllium, on peut le faire sur les saphirs bruts. Le béryllium, qui est plus petit, va diffuser dans toute la pierre. Cela va complètement changer la couleur du saphir. On peut retailler la pierre, ça ne changera pas sa couleur. Au début, ça donnait des saphirs roses, mais maintenant on retrouve beaucoup de couleurs. Orange-rouge, jaune… la couleur est jolie mais un gemmologue peut assez facilement reconnaître que la couleur n’est pas naturelle. Après il y a toujours des pierres qui font douter car la nature peut également proposer des pierres dans ces coloris-là. Les laboratoires peuvent déceler ce traitement, tout comme la diffusion de titane.

- Traitement thermique avec des agents de remplissage. Au début, on utilisait du verre chauffé et donc liquide pour que celui-ci pénètre dans les fissures de la pierre pour les combler et les masquer. Cette technique peut rendre un saphir (ou un rubis) vraiment pas top en un très beau saphir. À la loupe, dans certaines conditions, on peut voir ce qu’on appelle un effet flash au niveau de la fissure comblée à cause de la différence d’indice de réfraction entre le verre et le corindon. Maintenant, on ajoute du plomb et/ou divers produits pour limiter l’effet de flash, pour diminuer la température de chauffe… chacun a sa petite recette un peu tenue secrète. Il y en a même qui ajoutent de l’oxyde d’aluminium qui est le composant de base des corindons pour que cela recristallise dans les fentes. Dans ce cas-là c’est très dur voire impossible à diagnostiquer car on bouche avec la même matière.

Les traitements de remplissage dévaluent fortement le prix des pierres et sont en général cachés. Suivant comment ce traitement est réalisé il peut ou pas être détecté par un gemmologue.

 Les synthèses

Si on a réussi à éviter les pièges précédents il faut maintenant faire attention aux synthèses ! Et là c’est une autre histoire ! Car une synthèse a exactement les mêmes caractéristiques physiques et optiques que le saphir naturel. Car c’est exactement la même chose ! Sauf que l’un est fait par l’homme et l’autre par la terre. Ils n’ont pas la même histoire. Le naturel ayant plusieurs millions d’années.

Il existe plusieurs procédés de synthèse différents qui génèrent des saphirs plus ou moins purs. Les principaux procédés sont Verneuil, anhydre et hydrothermal.

Ceux générant les plus purs sont les plus compliqués et les plus chers à faire (anhydre et hydrothermal).

Chaque type de synthèse possède des caractéristiques propres, des inclusions caractéristiques qui peuvent permettre de les identifier. Ces inclusions sont en général très difficiles à voir et il faut vraiment avoir de l’expérience pour les détecter. Surtout que les personnes fabriquant ces synthèses cherchent à s’améliorer en permanence pour atteindre la perfection ; le but n’étant pas forcément de tromper les gens mais aussi pour les besoins de l’industrie.

Dans la joaillerie, le procédé le plus rencontré car le plus simple et le moins cher est le procédé de Verneuil. C’est aussi le plus facile à détecter mais les faussaires s’améliorent tous les jours…

On retrouve beaucoup de ces productions à proximité des mines pour tromper les acheteurs car logiquement plus on est proche des mines plus on se dit que l’on achète des saphirs naturels….

Et il est de plus en plus dur de les détecter sans passer par un laboratoire. C’est pourquoi il vaut parfois mieux avoir un saphir pas complètement propre avec quelques petites inclusions invisibles à l'œil pour être sûr qu’il soit naturel. Après tous les fabricants de saphirs synthétiques ne le font pas pour arnaquer les gens ! Il y a une forte utilisation de saphirs dans l’industrie qui demande des saphirs très purs.

Applications Scientifiques et Industrielles

Outre son utilisation en joaillerie, le saphir a des applications industrielles importantes. Grâce à sa dureté et à sa résistance chimique, il est utilisé dans la fabrication de composants électroniques et d'instruments optiques de haute précision. Bien sûr il s’agit dans ces cas-là de saphirs synthétiques, produits par des techniques comme le procédé Verneuil mais aussi anhydre et hydrothermal lorsque le besoin de pureté est très important. Et on dit saphir mais pour l’industrie il s’agit en fait de corindon qui est le saphir sans la couleur.

 

En conclusion, le saphir est une pierre précieuse qui allie beauté, durabilité et propriétés scientifiques remarquables. Son large éventail de couleurs et ses qualités optiques en font un choix privilégié pour les bijoux précieux, tandis que ses applications industrielles démontrent son utilité au-delà de l'ornementation. Par contre il faut les acheter auprès d’une personne compétente et honnête pour éviter de tomber sur les faux que l’on vient de voir.

Sur le site Passot-Gems vous ne trouverez pas de synthèse. Les traitements s’il y en a sont précisés sans ambiguïté. Pour le moment le seul traitement que vous pourrez trouver ici est la chauffe traditionnelle.

Retour au blog